Technique manuelle de fasciathérapie

Guide complet : tout savoir sur la fasciathérapie

Aussi appelés tissus conjonctifs, les fascias sont de fines membranes qui entourent les muscles et les organes. Plus ou moins élastiques, ces dernières influent sur la dynamique musculaire, tissulaire et sur le fonctionnement biologique de tout le corps.

Peut-être alors les douleurs chroniques qui paralysent vos genoux sont-elles dues à des fascias abîmés…

Peut-être votre manque de vitalité est-il le fait de fascias raidis au fil du temps…

Même si ce ne sont pas les éléments biologiques les plus évoqués, les fascias jouent un rôle-clé dans le mieux-être émotionnel et physique.

Qu’est-ce que la fasciathérapie ?

Reliés aux muscles et aux os, les fascias sont des membranes extrêmement souples qui s’ajustent aux activités de l’homme. Quand un muscle s’allonge, le fascia s’étire pour accompagner le mouvement. Au moment de replier un genou, a contrario, c’est l’inverse qui se produit.

Le hic, c’est que sous l’effet du stress ou de l’anxiété, le fonctionnement des fascias peut être perturbé. Incapables d’opérer comme il se doit, ils deviennent raides et ne parviennent plus à se détendre. Graduellement, le muscle perd de sa souplesse et de sa mobilité naturelle. Physiquement, cela se traduit par de la fatigue, des troubles biologiques et des pertes de sensation.

La fasciathérapie est une thérapie manuelle qui consiste à stimuler les fascias pour leur faire retrouver leur vigueur initiale. Au travers d’appuis et de légers étirements, un fasciathérapeute réactive l’autorégulation de l’organisme.

Quand la fasciathérapie a-t-elle été créée ?

C’est au professeur Danis Bois, actuellement enseignant universitaire et directeur du Laboratoire de recherche appliquée en psychopédagogie perceptive (CERAP), que l’on doit la fasciathérapie. Créée en 1981 en France, la fasciathérapie est désormais une branche à part entière de la kinésithérapie.

C’est d’abord en tant qu’ostéopathe que Danis Bois a eu un meilleur aperçu du fonctionnement tissulaire. À force d’observations et d’expérimentations, il a établi les trois principes fondamentaux de la fasciathérapie :

  • la force interne du corps ;
  • le fascia ;
  • le flux sanguin.

La force interne du corps

Au XIXe siècle, A. T. Still, le père fondateur de l’ostéopathie, a émis une hypothèse singulière : le corps est animé d’une force autonome. Similaire au « chi » de la médecine traditionnelle chinoise, cette énergie circule dans tous les organes.

Le rôle de la fasciathérapie est de suivre ce courant énergétique afin de repérer les nœuds de tension. À chaque fois que les mains d’un thérapeute balaient le corps, il est en mesure de détecter les déséquilibres et les somatisations. C’est ainsi que progressivement, les douleurs disparaissent et que les articulations redeviennent souples. 

Le vrai rôle du fascia

Peau, muscles, nerfs, vaisseaux, contours des os, etc., le tissu conjonctif qu’est le fascia s’étend de la superficie de la peau jusqu’aux viscères.

Prenez quelques secondes pour réaliser l’immensité de la surface recouverte par les fascias. C’est grand. Très grand.

Il n’est donc pas surprenant qu’en manipulant les fascias, un(e) thérapeute puisse affecter l’anatomie, la fonctionnalité et la circulation des liquides. Ainsi, rien qu’en touchant les fascias, le thérapeute peut soigner aussi bien le corps que l’esprit.

Le flux sanguin

Plus qu’un liquide rouge, le sang est le fluide qui transporte les nutriments et il est le garant de la vitalité. En prenant votre pouls, le fasciathérapeute est ainsi capable de détecter les maux qui minent le patient.

Dans quels cas consulter un fasciathérapeute ?

Pour les néophytes, il n’est pas toujours évident de savoir quand consulter un fasciathérapeute à Paris. Médecine holistique, la fasciathérapie est pourtant indiquée dans de très nombreux cas. Par exemple :

  • l’anxiété, plus précisément en cas de stress, de fatigue, de burn-out, etc. ;
  • les douleurs chroniques : arthrose, lombalgies, cervicalgies, fibromyalgie, afflictions articulaires et rhumatismes sont quelques-unes des pathologies traitées par la fasciathérapie ;
  • les douleurs aigües comme les lumbagos, les sciatiques, le mal de dos ou les torticolis ;
  • des cas de traumatologie, telles que les entorses, les pathologies musculaires, etc. ;
  • les affections de la sphère crânienne : maux de tête, migraines, névralgies d’Arnold, acouphènes, etc. ;
  • les troubles intestinaux tels que le syndrome du côlon irritable et les règles douloureuses ;
  • les soins de support tels que l’accompagnement holistique durant les périodes de chimiothérapie, avant/après l’accouchement ou la poussée des dents des nourrissons.

De façon générale, la fasciathérapie est adaptée à presque tous les petits maux du quotidien. Très douce, sans effets secondaires, cette médecine douce est adaptée pour celles et ceux qui veulent aller mieux sans recourir à des traitements chimiques.

Quelles sont les techniques utilisées en fasciathérapie ?

La fasciathérapie est plus répandue que vous ne le pensez. Dans des cabinets de kinésithérapeutes, dans des hôpitaux, dans des centres de rééducation, etc., lors de séances individuelles d’une durée de 45 à 60 minutes, les patients sont massés de haut en bas de leur corps.

L’avantage de la fasciathérapie, c’est qu’il s’agit d’une technique indolore et non invasive. C’est uniquement via des mouvements lents que le praticien stimule les fascias. En fasciathérapie, le technicien a usuellement recours à deux approches : les mobilisations douces du fascia et les points d’appui.

Mais ce n’est pas tout…

En plus des deux techniques susmentionnées, il n’est pas rare que trois autres méthodes complètent le tableau :

  • la pulsologie ou fasciathérapie vasculaire : il s’agit d’une forme de toucher qui permet de changer le cours des fluides corporels. À noter qu’il est nécessaire d’évaluer le pouls du patient afin de déterminer où le flux sanguin est altéré ;
  • la gymnastique sensorielle : suivant les instructions du thérapeute, le patient réalise des mouvements lents qui lui permettent de se réapproprier son corps ;
  • l’accordage somato-psychique : cette méthode aide le patient à se recentrer sur lui-même pour trouver une harmonie corps/esprit.

À l’écoute du corps, le thérapeute sait exactement comment réagir en fonction des différents stimuli. Parfois, il aura recours à des techniques dites d’écoute. Dans d’autres cas, sa préférence se portera sur l’intégration posturale ou sur l’usage du trigger point

À chaque fois, son objectif sera de redonner aux fascias leur état originel. Après quelques séances, ces tissus auront retrouvé toute leur élasticité, leur plasticité et leur viscosité.

Comment se déroule une séance de fasciathérapie ?

Généralement, une session de fasciathérapie dure entre 45 minutes et une heure. Ce n’est pas très long, surtout au vu de l’impact positif sur la santé.

Lors de la première session, le fasciathérapeute prendra le temps d’en savoir plus sur votre mal-être. Qu’est-ce qui vous a poussé à chercher un cabinet de fasciathérapie à Paris ? Depuis combien de temps souffrez-vous de ces douleurs ? Avez-vous déjà obtenu un diagnostic médical ? Au travers de toutes ces questions, le praticien bien-être dressera votre historique médical et pourra se faire une première idée de la marche à suivre.

Après ce premier entretien, le thérapeute apposera ses mains sur votre corps. Ainsi, il pourra « écouter » les mouvements naturels des fascias et les éventuelles densités tissulaires. Avec douceur et subtilité, le praticien réalisera de très légères pressions.

Il est important de préciser que les séances de fasciathérapie peuvent être réalisées assis ou allongé. De même, en fonction des zones à traiter, le patient sera nu ou habillé.

Y a-t-il des contre-indications à la fasciathérapie ?

Êtes-vous sujet(te) à des allergies ? Votre système immunitaire est-il déficient ? Pour certaines personnes, il peut être difficile de subir certains traitements du fait d’un organisme défaillant ou fragilisé.

Heureusement, la fasciathérapie n’a pas de contre-indications. En effet, étant donné que le thérapeute effectue des pressions et des massages légers, il est peu probable que les sessions s’accompagnent d’effets secondaires.

Attention cependant… Dans de très rares cas, il est déconseillé de faire appel à un fasciathérapeute. Quelques exemples de situations où il vaut mieux se passer d’un thérapeute :

  • en cas de fièvre avec/sans céphalées ;
  • si vous avez récemment été victime d’une fracture ;
  • si vous êtes victime d’une infection ;
  • en cas d’atteintes cardio-pulmonaires ;
  • si vous souffrez de hernies (inguinales, crurales ou discales) ;
  • etc.

Le plus simple est d’être complétement transparent avec le fasciathérapeute chez qui vous avez décidé de vous rendre. Après réflexion, il vous dira si, oui ou non, il est préférable de reporter la séance.

Quel budget prévoir pour une séance de fasciathérapie ?

En France, une séance de fasciathérapie dure approximativement une heure. En termes d’honoraires, prévoir entre 50 et 80 €. Oui… Le mieux-être coûte beaucoup moins cher que ce que vous pensez.

Petite astuce pour les personnes frileuses : il est possible de se faire rembourser ces sessions de fasciathérapie. Pour cela, il est nécessaire que l’acte soit pratiqué par un kinésithérapeute et qu’il fasse l’objet d’une prescription médicale.

À noter que si le thérapeute n’est pas conventionné, l’intégralité de la note devra être payée par le patient. Prenez aussi le temps de lire les clauses de votre mutuelle. Dans certains cas, ces dernières prendront en charge une partie, voire la totalité des frais.

Où trouver un bon fasciathérapeute à Paris ?

Ne peuvent pratiquer la fasciathérapie MDB que les praticiens ayant suivi la méthode de Danis Bois. D’une durée minimale de 500 heures, cette dernière confère aux thérapeutes tous les outils, aussi bien pratiques que théoriques.

À Paris, un praticien est connu pour la qualité de ses soins : Nicolas Luc Levé. Fasciathérapeute, praticien en massage abdominal et réflexologue, ce dernier a de véritables doigts de fée. Prévenant, doux, il saura vous libérer des afflictions qui pèsent sur vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.